Amour

Mieux comprendre l’infidélité

Quelle soit vantée, décriée ou pardonnée, l’infidélité est une épreuve difficile pour un couple. Cependant, tout le monde n’est pas égal devant ce type de trahison, car chacun possède sa propre définition et réagit différemment face à ce problème. Le point pour mieux comprendre l’infidélité, pour la prévenir ou pour y survivre.

Qu’est-ce que l’infidélité ?

La notion de fidélité possède une définition qui peut varier selon chaque personne. Même les scientifiques et les thérapeutes n’ont pas de raison bien précise, pour expliquer pourquoi certains sont infidèles. Il peut s’agir de satisfaire ses désirs ou ses pulsions, qu’ils soient passagers ou chroniques. Mais dans tous les cas, il s’agit d’une trahison, d’un manquement à un serment de fidélité, qui ébranle les fondations d’une relation de couple et peut conduire à la rupture.

En général, l’infidélité traduit un manque dans la relation. Il se peut que ce soit au niveau affectif (manque d’attention…), ou physique (manque de désir, insatisfaction sexuelle…). Néanmoins, il ne faut pas mettre de côté les différents dommages collatéraux et risques que peut engendrer le fait d’aller voir ailleurs. Par exemple, les conséquences familiales comme le divorce, ou personnelles telles que la dépression, la colère ou les maladies sexuellement transmissibles.

Infidélité sexuelle

L’infidélité sexuelle se rapporte surtout à une tentation éphémère, ou superficielle. D’après certaines études, l’insatisfaction sexuelle serait le premier motif qui conduit à l’infidélité. Ensuite, il s’agirait également d’un besoin constant de conquêtes et de séduction. Certains minimisent même ce type de tromperie, en déclarant qu’ils sont infidèles tout en restant amoureux de leur conjoint(e). Toutefois, l’infidélité sexuelle est un comportement à risque pour le couple, en particulier si on a plusieurs partenaires et des rapports non protégés.

Il est important de prendre en considération que la prolifération des MST est à mettre sur le compte des aventures sexuelles. Et que la fidélité est un très bon moyen de se protéger du VIH et des IST. Mais qu’il y ait infidélité ou pas, il est préconisé d’avoir une démarche responsable et de toujours se protéger lors d’un rapport sexuel. En cas de doute, en cliquant sur ce site vous trouverez des tests d’autodépistage VIH. Sinon, vous pouvez vous tourner vers un centre de dépistage.

L’infidélité des sentiments

Selon François de Singly, sociologue à l’université Paris Descartes et auteur de « Les sociologies de l’individu » : la vraie infidélité est de tomber amoureux de quelqu’un d’autre. Il s’agit ici de l’infidélité des sentiments et qui revêt un caractère plus profond. En d’autres termes, c’est le fait d’être en couple, mais d’avoir le cœur qui bat pour une autre personne que son conjoint.

Si on la compare à l’infidélité sexuelle, cette infidélité est plus blessante pour le partenaire. A titre d’illustration, on peut citer l’amour platonique, ou le fait d’entretenir une relation (proche ou à distance) avec une personne que l’on apprécie. Cela peut créer une atmosphère de méfiance dans un couple, où les partenaires auront du mal à se reconnaitre. Il en résultera une crise qui ébranlera le couple.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.